Mme Lauryn Hill Parle en profondeur de la Renommée, du Racisme et de la « Mauvaise éducation »

Les années qui ont suivi la Mauvaise éducation ont été compliquées. Après la sortie de l’album, certains des collaborateurs de Hill ont intenté une action en justice affirmant qu’elle ne les créditait pas correctement pour leurs contributions; cette poursuite a été réglée à l’amiable trois ans plus tard à des conditions non divulguées. En 2012, elle a été accusée de fraude fiscale et a purgé trois mois de prison. Plus récemment, elle s’est retrouvée plus fréquemment sur la route, libérant sporadiquement de la musique mais se prélassant surtout dans l’amour collectif et le pouvoir de Miseducation à travers des performances spéciales de l’album.

Populaire sur Rolling Stone

Pour le dernier épisode du podcast 500 Greatest Albums de Rolling Stone, Mme Hill a accordé une rare interview sur la fabrication de Miseducation ainsi que sur ce qui s’est passé après. Par e-mail, elle a parlé franchement de la protection de sa famille et du peu de soutien qu’elle avait après la fin de son premier cycle d’albums. Des extraits de l’interview peuvent être entendus dans l’épisode du podcast, disponible sur Amazon Music, ainsi que des récits de plusieurs des musiciens qui ont participé à ces sessions, comme le « commissaire Gordon » Williams, Lenesha Randolph et Vada Nobles. Les réponses écrites de Mme Hill sont ici dans leur intégralité.

Lorsque vous avez commencé à enregistrer Miseducation, vous aviez 22 ans et vous connaissiez déjà un immense succès avec les Fugees. Qu’espérez-vous prouver avec cet album ?
En ce qui concerne mes preuves, je pense que c’est une histoire plus vaste et plus impliquée qu’il vaut mieux raconter plus tard, mais je dirai que le succès des Fugees a absolument mis en place La Mauvaise éducation pour qu’elle soit aussi grande et aussi bien reçue qu’elle l’était. Quand j’ai décidé que je voulais essayer un projet solo, j’ai rencontré une résistance et un découragement incroyables de la part d’un certain nombre d’endroits qui auraient dû être favorables, donc cela avait un facteur de motivation, mais il s’agissait moins de faire mes preuves et plus de créer quelque chose que je voulais voir et entendre exister dans le monde. Il y avait des idées, des notions et des concepts que je voulais exister, je suis parti dans une direction particulière et j’ai continué. Au départ, j’avais l’intention de travailler avec d’autres producteurs et artistes, mais j’ai trouvé que ce que je voulais dire et entendre était peut-être trop idiosyncratique à l’époque pour simplement l’expliquer et demander à quelqu’un d’autre d’essayer de le faire. Il devait être fabriqué de manière plus personnalisée. L’équipe de personnes qui seraient finalement impliquées, nous en avons tous été témoins au fur et à mesure que cela prenait forme. C’était unique et excitant.

Vous avez dit que vous étiez particulièrement créatif pendant votre grossesse. Comment cette expérience vous a-t-elle façonnée en tant qu’auteur-compositeur ?
C’est une chose folle à dire mais j’ai été laissée seule pendant mes grossesses pour la plupart. C’était comme si toutes les personnes avec toutes leurs demandes devaient se vérifier quand j’étais enceinte. La paix qui en a résulté a peut-être contribué à ce sentiment de plus de créativité. J’étais enceinte de mon premier enfant lors de la mauvaise éducation et la situation était compliquée, j’étais donc motivée à trouver plus de stabilité et de sécurité pour moi et pour mon enfant, ce qui m’a définitivement poussée à ignorer ce qui apparaissait comme des limites. Si j’avais du mal à me battre pour moi-même, j’avais quelqu’un d’autre pour qui me battre. Cela a également introduit dans l’image le père de mon premier fils, Rohan Marley, qui était à l’époque une présence protectrice. S’il y avait des gens ou des forces qui tentaient de m’empêcher de créer, il a joué un rôle pour aider à garder cela à distance.

Pendant ces périodes en particulier, j’ai toujours voulu être un facteur de motivation pour un changement positif. C’est dans toutes mes paroles, ce désir de voir ma communauté sortir de son chemin, identifier et affronter les obstacles internes et externes, et expérimenter les sommets de l’Amour et de l’Amour de soi qui provoquent la transformation. J’ai chanté de cet endroit et j’ai choisi de partager la joie et l’extase de celui-ci, ainsi que les déceptions, les enchevêtrements et les leçons de vie que j’avais apprises à ce moment-là. J’ai essentiellement commencé comme un jeune sage lol.

Quand vous y repensez maintenant, Miseducation est-il l’album que vous vouliez qu’il soit?
J’ai toujours été assez critique envers moi-même artistiquement, alors bien sûr il y a des choses que j’entends qui auraient pu être faites différemment, mais l’AMOUR dans l’album, la passion, son intention sont, pour moi, indéniables. Je pense que mon intention était simplement de faire en sorte que mes ancêtres et mes ancêtres dans la musique et la lutte sociale et politique sachent que quelqu’un a reçu ce qu’ils avaient sacrifié pour nous donner, et de faire savoir à mes pairs que nous pouvions marcher dans cette vérité, fièrement et avec confiance. À ce moment-là, j’avais l’impression que c’était un devoir ou une responsabilité de le faire. J’ai vu les lacunes économiques et éducatives dans les communautés noires et bien que j’étais moi-même très jeune, j’ai utilisé cette plate-forme pour aider à combler ces lacunes et à introduire des concepts et des informations dont « nous » avions besoin même si « nous » ne savions pas « nous » le voulions encore. Bien sûr, je fais référence au proverbial « nous. »Ces choses avaient une valeur énorme pour moi et je les chéris depuis mon plus jeune âge.

Je pense aussi que l’album se démarquait des types et des clichés qui étaient censés être acceptables à l’époque. J’ai contesté la norme et introduit une nouvelle norme. Je crois que la Mauvaise éducation a fait cela et je crois que je fais toujours cela — défier la convention quand la convention est discutable. Je devais aller plus vite et avec une plus grande intention que les normes dysfonctionnelles qui étaient alors bien établies et entièrement financées. J’ai apparemment été perçu par certains comme causant des problèmes et perturbant plutôt que d’être apprécié pour avoir présenté des solutions et des options à des personnes qui ne les avaient pas, pour avoir exposé la beauté là où régnait autrefois l’oppression et démontré à quel point ces différents paradigmes culturels pouvaient fonctionner ensemble. La vitesse de distorsion à laquelle je devais me déplacer pour défier la norme nous a mis, moi et ma famille, à un rythme hyper-accéléré, hyper-tendu et malheureusement sous-apprécié. J’ai sacrifié la qualité de ma vie pour aider les gens à vivre quelque chose qui était inaccessible auparavant. Quand j’ai vu que les gens avaient du mal à apprécier ce que cela prenait, j’ai dû me retirer et m’assurer que ma famille et moi étions en sécurité et en bien. Je fais toujours ça.

Cet album a imprégné la culture d’une manière que peu d’albums ont avant d’exister et a fait de vous une star massive. Comment traitiez-vous le regard du public à l’époque?
Il y avait certainement des choses que j’aimais dans la célébrité, mais il y avait certainement des choses que je n’aimais pas. Je pense que la plupart des gens apprécient d’être reconnus et appréciés pour leur travail et leurs sacrifices. Cela, pour moi, est une évidence, mais vivre une vie réelle est essentiel pour quiconque essaie de rester connecté à la réalité et de continuer à faire des choses qui affectent vraiment les gens. Cela devient de plus en plus difficile à faire dans « l’espace » dans lequel les gens essaient de placer des « étoiles ».

Le piédestal, pour moi, est autant une question de confinement et de contrôle qu’une adulation. Trouver l’équilibre, la clarté et la sobriété peut être très difficile à maintenir pour certains. Par exemple, être oui à la mort n’est pas bon, et les gens craignent que la célébrité ne puisse en résulter, mais si la réponse réelle est oui, se faire dire non pour ne pas apparaître comme un homme oui est stupide. Ne jamais se faire dire non si la réponse est non par des gens qui ont peur de décevoir déformera évidemment également le miroir dans lequel nous nous voyons. D’un autre côté, une personne ayant une vision peut avoir une longueur d’avance, de sorte que les gens peuvent dire non avec conviction et résister à ce qu’ils craignent pour découvrir plus tard qu’ils avaient absolument tort.

L’idée de l’artiste comme propriété publique, j’ai aussi toujours eu un problème avec ça. J’ai accepté de partager mon art, je n’accepte pas nécessairement de me partager. Le droit que les gens ressentent souvent, comme s’ils vous possédaient en quelque sorte, ou possédaient une partie de vous, peut être incroyablement dangereux. Je suis soumis à tout type de contrôle comme celui-ci et je résiste aux attentes qui suggèrent que je devrais en quelque sorte être stupide et prévisible pour que les gens se sentent à l’aise plutôt que de m’exprimer authentiquement. Je résiste également aux attentes irréalistes placées sur moi par des personnes qui ne se placeraient jamais les mêmes exigences. Je peux être aussi diplomate et patient que possible. Je ne peux cependant pas me vendre à découvert par une autodérision constante et un rétrécissement.

 » Le droit que les gens ressentent souvent, comme s’ils vous possédaient en quelque sorte, ou possédaient une partie de vous, peut être incroyablement dangereux. »

Existe-t-il une version de « Lauryn Hill » que vous pensez que les gens attendaient de vous, et comment cela se compare-t-il à la façon dont vous vous voyiez?
Absolument, ce que j’ai abordé dans les réponses avant celle-ci. La vie est la vie, à vivre, à vivre et à apprécier avec tout son dynamisme et sa couleur. Si vous faites quelque chose de bien que les gens apprécient, ils veulent souvent la même expérience encore et encore. Une personne réelle peut être étouffée et sa croissance complètement retardée en essayant de le faire sans équilibre. Ce n’est pas une chose juste de demander à personne. Nous devons tous grandir, nous devons tous nous exprimer avec autant de plénitude et d’intégrité que nous pouvons gérer. La célébrité est souvent traitée comme un sacrifice, le veau gras, puis enfermée et sévèrement jugée pour des réponses très normales et naturelles à des circonstances anormales.

J’ai vu une fois quelqu’un fustigé pour avoir discuté d’épisodes d’anxiété avant de monter sur scène, comme si l’anxiété n’était qu’une condition du non-célèbre. C’était absurde, comme si quelqu’un avec un disque ne pouvait pas avoir un rhume. Quelqu’un amoureux de l’art ne ressent pas de peur ou d’anxiété, il fait de son mieux pour le transcender ou le dépasser afin que l’art ou la passion puissent être manifestés. Certains jours sont meilleurs que d’autres. Pour certaines personnes, cela devient plus facile, pour d’autres non. L’injustice, la dureté étaient excessives pour moi. Je n’aimais pas la façon dont j’étais traité à un certain moment. Je n’étais tout simplement pas bien traitée et certainement pas en accord avec quelqu’un qui avait contribué à ce que j’avais. J’avais une tonne de jalousie et de compétitivité à affronter. Cela peut épuiser ou frustrer vos efforts pour faire autre chose que de la musique de cri primal, 😊.

Provoquer ce genre d’aggravation était probablement intentionnel. Vous devez trouver des raisons de le faire quand vous êtes exposé au laid. Les gens pensent souvent qu’il est acceptable de projeter ce qu’ils veulent sur quelqu’un qu’ils perçoivent comme ayant « tout » ou « en ayant tellement / trop. »L’adoration des héros peut être une excuse pour ne pas prendre soin de votre propre sh # t. Le revers de cette adulation peut devenir très laid, agressif et hostile si les gens rendent une autre personne responsable de son estime de soi. Vous pouvez soit accepter cet abus, soit lui dire non. Après m’y être soumise pendant des années, j’ai commencé à dire non, puis non s’est transformé en enfer non, puis l’enfer non s’est transformé en f # ck non no vous comprenez mon point de vue. 😊

Si tu pouvais te parler à 22 ans maintenant, que dirais-tu ?
Je partagerais les choses que je fais maintenant avec mon moi de 22 ans. Si j’avais su ce que je sais maintenant, les choses se seraient probablement déroulées différemment. J’aurais continué à investir dans les gens, mais je me serais assuré d’avoir autour de moi des gens avec l’amour, la force et l’intégrité pour vraiment garder un œil sur le prix et mon bien-être. Le monde est plein de séduction et s’ils ne peuvent pas vous séduire, ils s’en prennent aux personnes que vous aimez ou dont vous dépendez d’une manière ou d’une autre. Avec une plus grande compréhension, j’aurais essayé d’en faire plus pour m’isoler, moi et mes proches, de ce genre d’attaque.

En revenant sur cette période de votre vie, avez-vous des regrets ?
J’ai des périodes de malheur, des périodes de chagrin et de grande douleur, oui, mais le regret est dur parce que j’ai fini avec une clarté que je n’aurais peut-être pas pu atteindre autrement. J’aurais fait quelques choses différemment si j’avais pu revenir en arrière. J’aurais fait de mon mieux pour me protéger afin de mieux protéger mes enfants. J’aurais rejeté la manipulation, la force injuste et la pression exercée sur moi beaucoup plus tôt. J’aurais bénéficié d’une plus grande prise de conscience des dangers de la célébrité. J’aurais été plus communicatif avec tous ceux qui étaient vraiment impliqués dans La Mauvaise éducation et je me serais battu dur pour l’importance d’une expression franche. J’aurais exigé ce dont j’avais besoin et éliminé les personnes antagonistes plus tôt que moi.

Vous avez publié de la musique depuis Miseducation et avez continué à jouer en live. Avez-vous déjà prévu de sortir un autre album studio complet?
La chose sauvage est que personne de mon label ne m’a jamais appelé pour me demander comment pouvons-nous vous aider à faire un autre album, JAMAISEVER JAMAIS. Je l’ai déjà dit ? Jamais! Avec la Mauvaise éducation, il n’y avait pas de précédent. J’étais, pour la plupart, libre d’explorer, d’expérimenter et d’exprimer. Après la Mauvaise éducation, il y avait des dizaines d’obstructionnistes tentaculaires, de politiques, d’agendas réprimants, d’attentes irréalistes et de saboteurs PARTOUT. Les gens m’avaient inclus dans leurs propres récits de LEURS succès en ce qui concerne mon album, et si cela contredisait mon expérience, j’étais considéré comme un ennemi.

La suppression des artistes est définitivement une chose. Je ne vais pas trop y aller ici, mais là où il aurait dû y avoir un soutien écrasant, il n’y en avait pas. J’ai commencé à tourner parce que j’avais besoin d’un exutoire créatif et pour subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille. Les gens étaient plus intéressés à me casser ou à m’utiliser pour alimenter tout ce qu’ils avaient en cours que pour soutenir ma créativité. Je crée à la vitesse et au flux de mon inspiration, ce qui ne fonctionne pas toujours dans un système traditionnel. J’ai toujours dû construire sur mesure ce dont j’avais besoin pour faire avancer les choses. Le manque de respect et de volonté de comprendre ce que c’est, ou ce dont j’ai besoin pour être productif et en bonne santé, ne me convient pas vraiment. Lorsque personne ne prend le temps de comprendre, mais ne prend que le temps de compter l’argent que le fruit de ce processus produit, les choses peuvent facilement tourner mal. Les mauvais traitements, les abus et la négligence se produisent. J’ai écrit un album sur le racisme systémique et la façon dont il réprime et freine la croissance et les dommages (tous mes albums ont probablement abordé le racisme systémique dans une certaine mesure), avant que cette génération ne parle ouvertement de cela. On m’a traité de fou. Maintenant decade plus d’une décennie plus tard, nous entendons cela dans le cadre du chœur mainstream. D’accord, alors faites-en une partie au leadership et à la façon dont cela fonctionne — j’étais clairement en avance, mais vous devez également reconnaître le déni flagrant qui a accompagné cela. L’abus public et l’ostracisation tout en supprimant et en copiant ce que j’avais fait, (j’ai protesté) sans toujours reconnaître vraiment que tout cela s’est même produit, c’est beaucoup.

 » J’ai écrit un album sur le racisme systémique before avant, c’était quelque chose dont cette génération parlait ouvertement. On m’a traité de fou. »

Je continue de tourner et de partager avec des publics du monde entier, mais je travaille également à temps plein sur le traumatisme, l’étouffement et le retard de croissance qui ont accompagné tout cela et sur la façon dont ma famille et moi avons été affectés. À bien des égards, nous vivons maintenant, compensant des années où nous ne pouvions pas être aussi libres que nous aurions dû le faire. J’ai dû traverser une tonne de résistance injuste, de cupidité, de peur et de laideur humaine. Rien d’autre ne peut rivaliser avec la liberté pour moi. Si être une superstar signifie vivre une vie réprimée où les gens ne travailleront avec vous ou n’investiront dans votre travail que s’ils peuvent vous manipuler et vous contrôler, alors je ne sais pas à quel point la musique est importante sans un ensemble tragique d’événements qui suivent. Je n’y adhère pas.

Enfin, j’apprécie les personnes qui ont été émues par ce travail, qui représentait vraiment une vie — jusqu’à ce point — d’amour, d’expérience, de sagesse, d’investissement familial et communautaire en moi, la somme de mon expérience des relations, de mes rêves, de mes inspirations, de mes aspirations et de la grâce et de l’Amour toujours présents de Dieu dans ma vie à travers le prisme de mon existence de 20 ans, mais sage, lol. Je rêvais grand, je ne pensais pas aux limites, je ne pensais vraiment qu’aux possibilités créatives et aux besoins tels que je les voyais à ce moment-là. J’ai également eu le soutien d’une communauté d’artistes talentueux, de penseurs et de faiseurs, d’amis et de familles autour de moi. Leurs principaux efforts (ALORS) semblaient être d’aider à dégager un chemin et d’aider à protéger. Cependant, lorsque vous créez efficacement quelque chose d’assez puissant pour écarter les taureaux, toutes sortes de forces et d’énergies peuvent ne pas aimer cela. Ils peuvent chercher à corrompre et à décourager, à perturber et à distraire, à diviser et à saboterbut mais nous avons témoigné du fait que cela s’est produit — une jeune femme noire à travers la culture hip-hop, un héritage d’âme, d’Esprit et une appréciation pour l’éducation et l’éducation des autres a communiqué de l’amour et des messages intemporels et nécessaires au monde.

L’industrie de la musique peut être une industrie d’enchevêtrements, où un petit nombre de personnes sont censées être responsables d’un très grand nombre de personnes. C’est difficile de trouver l’équité dans une situation comme celle-là. Maintenant, je cherche autant d’équité et d’équité que possible. J’apprécie d’être aimé pour mes contributions à la musique, mais il est important d’être aimé pour qui vous êtes en tant que personne tout autant, et cela peut être un équilibre délicat mais extrêmement important à atteindre. Vivre cela est important pour moi.