Révolution en astronomie

La publication du De revolutionibus de Nicolas Copernic en 1543 marque un tournant décisif dans l’histoire de l’astronomie. Le savant polonais a défini un système du monde dans lequel le Soleil occupe la position centrale, tandis que la Terre tourne sur son axe tous les jours, effectuant une révolution complète autour du Soleil chaque année. Le rejet par Copernic du dogme de la centralité et de l’immobilité de la Terre a marqué un changement radical, pas seulement dans le domaine de l’astronomie. Déplacé de sa position traditionnelle au centre de l’Univers, l’homme a été ébranlé dans sa croyance en un cosmos conçu expressément pour lui et à sa mesure. La vision de Copernic a causé des traumatismes trop profonds pour qu’ils puissent être facilement assimilés; seuls quelques esprits éclairés l’ont acceptée.

Les théories du noble danois Tycho Brahe (1546-1601) jouissaient d’une plus grande popularité. Tycho, grand innovateur dans le domaine de l’instrumentation et de l’organisation de la recherche (il a créé le premier observatoire digne de ce nom), a apporté une contribution multiforme à la réforme de l’astronomie. Ses observations étaient infiniment plus précises que celles de ses prédécesseurs ; il a prouvé que les cieux n’étaient pas constitués de sphères solides, comme on le croyait généralement à l’époque, mais étaient fluides. Il a conçu un nouveau système mondial, qui représentait un compromis entre la théorie géocentrique et la vision héliocentrique. Selon Tycho, la Terre est immobile au centre de l’univers; le Soleil et la Lune tournent autour d’elle, tandis que les autres planètes orbitent autour du Soleil.